Séminaire Histoire, Philosophie et sociologie de l'écologie (HPSE) e IEES Paris

Publié le 20 jan 2017
Par Cecile Marechal

« Concevoir la nature comme une totalité organisée : essai d’actualisation de l’organicisme écologique »

Victor LEFEVRE (Paris 1-Panthéon Sorbonne)
vendredi 20 janvier 2017 à 11 h
campus Jussieu de l’UPMC (Paris 5e), bât. 44-45, 4e étage, salle de conférences

L’idée que les unités écologiques (les écosystèmes, les paysages, voire la biosphère entière) sont analogues aux organismes est généralement considérée comme dépassée. Elle est associée à l’enfance de l’écologie, en particulier aux travaux pionniers de Frederic Clements.
Depuis cette époque, le mécanicisme a triomphé en biologie, notamment avec la génétique moléculaire, mais aussi en écologie, où l’on a abondamment utilisé les outils de la cybernétique et de la thermodynamique pour décrire et expliquer la dynamique des écosystèmes.
Vouloir affirmer aujourd’hui que les phénomènes écologiques seraient, au même titre que les phénomènes biologiques, non-entièrement explicables par les théories physiques semble ainsi suspect et étrange. Nous proposons pourtant quelques raisons de recourir à des hypothèses organicistes en écologie.

Pour de plus amples information  : http://ieesparis.ufr918.upmc.fr/spip.php?article476