Sujet de Thèse : Influence des communautés microbiennes sur la mobilité de l’uranium en conditions réductrices : expérimentations de laboratoire versus tests in situ

Publié le 9 fév 2017
Par Cecile Marechal

Thèse de doctorat au sein de l'AFEM

TITRE
Influence des communautés microbiennes sur la mobilité de l’uranium en conditions réductrices : expérimentations de laboratoire versus tests in situ
Intitulé en anglais : Influence of microbial communities on the migration of uranium in reducing conditions: laboratory experiments versus field conditions

ENCADREMENT/CONTACT
Laboratoire d’accueil du doctorant : Laboratoire Interdisciplinaire des Environnements Continentaux –UMR 7360 CNRS – Université de Lorraine
Nom et adresse : Campus Bridoux, Bât. IBISE, 8 rue du Général Delestraint, 57070 METZ, FRANCE
Nom et coordonnées du responsable : Pascale Bauda – Tél : 03 87 37 85 13
Masters préconisés (Biogéochimie, Sciences de la Terre, Environnement, Ecologie Microbienne, Chimie de l’environnement)
Compétences souhaitées Microbiologie, Ecologie Microbienne, Sciences de la Terre, Environnement, Chimie de l’environnement

Objectifs de l’étude

L’objectif de ce travail de thèse est de comprendre l’influence des communautés bactériennes dans le piégeage de l’uranium, sous forme de complexes d’U(IV), dans les environnements de surface. Ces connaissances seront acquises à partir d’expériences de laboratoire sur des souches bactériennes modèles et prélevées dans des systèmes naturels comme les sédiments lacustres. Pour répondre à cet objectif, les conditions chimiques favorables à la réduction de l’uranium (voie biotique ou abiotique) ainsi que les bactéries associées à l’uranium seront identifiées. Enfin, si un métabolisme/mode de nutrition spécifique des communautés bactériennes est identifié dans la réduction de l’uranium, des essais d’isolement à partir des communautés bactériennes autochtones des sédiments seront effectués.

Pour de plus amples informations, veuillez télécharger de pdf